Economie bobolaise: Il faut aussi compter sur le marché de fruits et légumes.

0
69

Jeudi le 21 janvier 2021

Quasiment chaque quartier ou secteur des grandes villes du Burkina dispose d’un marché. Dans ces différents lieux de commerce, on y vend du tout, des produits alimentaires aux vêtements en passant par des ustensiles de cuisine et autres. Bobo-Dioulasso, la capitale économique du pays donne l’exemple, avec des marchés spécialisés. Occupé essentiellement par des femmes, le marché des fruits et légumes fait vivre des centaines, voire des milliers de ménages. Zoom sur ce grand lieu de commerce.

Mercredi 20 janvier 2021.

Aux environs de 10h, Noumou Sanou, producteur de bananes dans le village de Diarradougou dans la commune de Bama à quelques encablures de Bobo-Dioulasso, vient de faire son entrée avec une fourgonnette pleine. « Nous cultivons de la banane et venons vendre aux femmes du marché de fruits et légumes de Bobo-Dioulasso.

On s’en sort assez bien. Il n’y a pas de mévente. Notre banane est très demandée. Nous ravitaillons aussi des commerçants de Ouagadougou. Certains de nos clients sont au Mali et viennent faire des chargements dans des camions 10 tonnes régulièrement », a-t-il expliqué..

Chaque  mois, avec son équipe, Noumou Sanou dit vendre en moyenne 50 tonnes de banane qu’il transporte par camion, en bâchée (fourgonnettes) ou tricycles. « Tous les deux jours, je fais venir un chargement de véhicule bâchée dans ce marché de fruits de Bobo », a-t-il précisé.

Bibata Diarra fait partie des clientes de M. Sanou. Depuis 15 ans, elle est dans le commerce des fruits et légumes, particulièrement de la banane. « Dieu merci, on s’en tire à bon compte jusque là, la clientèle est là. On peut prendre cinq à six véhicules (bâchée) par semaine.

Ce sont les producteurs qui se chargent du transport. Notre seul problème, c’est qu’il arrive parfois que la banane pourrisse entre nos mains pendant la période chaude. Pendant la période de froid, on n’a pas ce problème même si le marché est plus lent », a-t-elle expliqué.

Dans ce marché de fruits et légumes, on y trouve en grande quantité des oignons, des tomates, poivrons, ail, choux, du haricot verts, mais aussi des tubercules Asseta Soro et Djénéba Niampa, toutes deux originaires de Ouahigouya sont dans ce marché depuis son ouverture, il y a plus de 10 ans. « C’est ma grand-soeur qui vendait, il y a plus de dix ans. Moi, je viens de commencer. Le commerce ne marche pas bien comme on l’aurait voulu, les clients se font rares.

Pourtant, les prix de nos produits n’ont pas connu de hausse, mais la vie chère est une réalité, le pays est dur surtout avec l’arrivée de la pandemie de covid-19», soutiennent en coeur les deux dames.

Elles poursuivent en demandant l’accompagnement des autorités politiques pour leur faciliter l’exercice de leurs activités. « Souvent, on veut faire le commerce mais il nous faut un accompagnement. Il y a des clients qui prennent nos produits à crédit.

Nous souffrons », clame Dame Niampa. Maurice Zongo est dans la filière oignons depuis 1998. Au marché de fruits et légumes de Bobo-Dioulasso, il dispose d’un magasin depuis cinq ans.

Il dit s’approvisionner actuellement au Sourou, notamment à Di. Auparavant, il s’approvisionnait à koudougou dans la région du Centre-Ouest, à une centaine de kilomètres de Ouagadougou et plus de 200 km de Bobo-Dioulasso. Zalissa Ouédraogo également est dans l’oignon et la tomate.

En fonction des périodes de l’année, elle se ravitaille à Ouagadougou, Ziniaré, kongoussi, Ouahigouya, Kaya, Dori, Inata, Faramana, Dandé, Nagabingou ou kouka.

A côté des grossistes et demigrossistes, on y trouve des vendeurs qui s’approvisionnent sur place auprès des commerçantes du marché. « Je viens au marché à partir de 13h30 ou 14h après avoir effectué tous mes travaux de ménage et avoir fait la cuisine pour mes enfants qui vont à l’école.

Dieu merci, je m’en sors et j’arrive même à soutenir mon mari dans l’éducation des enfants », explique Mme Coulibaly. Malgré les difficultés évoquées, tous arrivent à trouver leurs comptes.

Kolo Sanou.

Faso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.