08 mars 2021: Déclaration de l’Union Nationale des Femmes de l’UPC

0
154

8-Mars 2021

Femmes du Burkina Faso, militantes de l’Union pour le Progrès et le Changement,

Le 8 mars a été institué journée.internationale des droits de la femme par l’Organisation des Nations Unies en 1977 pour rappeler toutes les œuvres menées par la communauté internationale en faveur de l’amélioration de la condition des femmes.

Pour nous les Femmes, chaque jour doit être l’occasion de dresser un bilan personnel de l’évolution de notre situation et en particulier chaque 8 MARS.

Nous devons recadrer nos actions en vue d’entreprendre des changements pour l’amélioration de la situation de la femme.

Le thème International est: « Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la Covid-19». Le thème National (Burkina Faso) est: «Inclusion financière par le numérique pour un développement économique de la femme : Defies et perspectives  ».

Dans ce thème international de 2021, être leader c’est avoir une vision et se battre pour la matérialiser.

Aujourd’hui le leadership féminin s’impose et en réalité, il ne doit être ni féminin ni masculin.

ÔLes femmes et les filles apportent une contribution significative pour une relance plus égalitaire suite à la pandémie de la Covid-19. Partout dans le monde, avec le confinement les femmes sont confrontées à une augmentation de la violence domestique, des tâches non rémunérés, du chômage et de la pauvreté.

La plupart des pays qui ont mieux réussi à contenir la vague de la pandémie de la Covid-19 et répondre à son impact sanitaire ainsi qu’à l’ensemble de ses répercussions socio-économique sont dirigés par des femmes.

Le gouvernement du Danemark, Ethiopie, Finlande,  Allemagne, Islande, Nouvelle-Zélande et Slovaquie sont des exemples qui ont été largement reconnues pour la rapidité, la détermination et l’efficacité de leur réponse nationale à la Covid-19, ainsi que pour la compassion dont elles ont fait preuve dans leur communication sur la santé publique.

Dans le thème national de 2021, les temps ont changé. La technologie doit permettre aux femmes d’effectuer des transactions financières grâce à un simple téléphone portable.

Toutefois, si les pays africains ont été parmi les pionniers de la finance numérique, des milliers de personnes (dont une majorité de femmes) n’ont pas accès aux services financiers numériques.

Ces personnes sont restées bloquées sur la vente forcée de leur volaille et récolte. Dans ces conditions, comment sortir de la spirale de la pauvreté? La révolution numérique à travers l’inclusion financière est audacieuse. Notre pays comme d’autres sont confrontés aux défis sécuritaires. L

Les hommes prennent la fuite et très souvent c’est les femmes qui restent sur place. Grâce au numérique, elles reçoivent de l’argent de l’extérieur (des projets humanitaires et d’autres personnes) pour assurer la survie de la famille.

Même en zone sécurisée, le système bancaire classique présente des procédures complexes qui ne facilitent pas l’inclusion financière et le numérique. D’où la nécessité d’apprendre aux Femmes l’utilisation de cet outil qui leur permettra d’avoir accès à l’inclusion financière.

Sachant que 85% des Femmes sont en milieu rural ou en périphérie des centres urbains souvent plus difficiles que le village, certaines soient les 15% en milieu urbain et ne maîtrisant pas le numérique :

-Faut-il créer une infrastructure de paiement numérique interopérable à travers le pays et integer le volé formation systématique des Femmes?

-Mettre en place des systèmes d’identification numérique équitables pour toutes les personnes en assurant la sécurité du système financier?
-Trouver les meilleures méthodes pour concevoir et fournir des services financiers numériques favorisant au maximum l’égalité femmes-hommes;

Chers Burkinabé, chères sœurs !
Les Femmes de l’UPC appellent à l’union des filles et fils de ce pays qui passe forcément par la réconciliation nationale, la cohésion sociale pour le bon vivre ensemble afin de donner la force au tissu social pour permettre aux Femmes d’entreprendre de vrais changements en vue de l’amélioration de la situation de la femme et partant, des familles et du pays.

Paix aux âmes de nos chers disparus, prompt rétablissement à ceux qui souffrent toujours dans leur corps. Que Dieu dans sa grande miséricorde apaise les cœurs, donne la grâce du pardon libérateur à tous ceux qui sont déchirés dans leur cœur et leur âme.

Au nom de la tolérance religieuse au Burkina Faso, nous osons dire que nous sommes depuis le Mercredi 17 Février dans un temps de pénitence, de pardon et de grâces catholique. Que Dieu bénisse le Burkina Faso.

Bonne commémoration à toutes les femmes et filles du Burkina Faso ;
Démocratie – Travail – Solidarité
Pour Le Bureau Politique National (BPN) et le Secrétariat Exécutif National (SEN) de l’UPC,

La Présidence de l’Union Nationale des Femmes
Jacqueline SOURATIE épouse KONATE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.