Assassinats de femmes à Ouahigouya: Laurence Ilboudo réconforte les femmes de la cité de Naaba Kango

0
95

21 mai  2021

Suite aux cas d’assassinats de femmes dans la ville de Ouahigouya ces derniers jours, la Ministre en charge de la femme, Laurence Ilboudo/Marchal s’est rendue le vendredi 21 mai 2021 dans la dite ville afin d’échanger avec les femmes de la cité de Naaba Kango révoltées suite au meurtre d’une femme de 50 ans.

Les femmes de la cité de Naaba KANGO

Les assassinats de femmes à Ouahigouya deviennent de plus en plus inquietants. 

Ily’a de cela trois semaines, c’est la regrettée Aminata Ouedraogo, femme enceinte qui a été assassiné par son mari. Et encore cette semaine,  un autre cas malheureux est à déplorer : Aguéra Zongo, la cinquantaine, a, elle aussi à son tour été trucidée par son conjoint à l’aide d’un couteau et d’une barre à mine, toujours à Ouahigouya.

Face à ces multiples cas de meurtres,  la population de Ouahigouya n’est pas restée indifférente.

Ainsi, de la place de la Nation de Ouahigouya, les femmes se sont rendues au Gouvernorat et au Palais de Justice pour crier leur ra-le-bol.

Elles demandent tout simplement que justice soit faite.

Les femmes avec la ministre Marie Laurence Ilboudo/Marchall

A l’issu de cela, elles ont encontrer leur ministre de tutelle avec qui elles ont eu un tête à tête.

A travers leur Coordonnatrice régionale, elles ont remis un message à la ministre dans lequel elles lui demandent de se saisir « spécifiquement des dossiers de ces femmes (Aminata Ouedraogo et Aguira Zongo) pour que justice soit rendue

« . Elles ont également demandé aux plus hautes autorités de prendre toutes les dispositions pour assurer la protection et la sécurité des femmes ».

.La Ministre ILBOUDO/MARCHAL a présenté ses condoléances au nom de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, qui dit avoir une pensée pour les familles et les proches des victimes ainsi que pour toutes les femmes de la région du Nord, particulièrement celles de la province du Yatenga.

La Ministre a déploré le fait que de nos jours, des femmes subissent de telles atrocités, malheureusement très souvent dans un silence complice et coupable de la société.

Pour cela elle a lancé un appel à toute la communauté pour une meilleure protection des personnes et particulièrement des femmes et des jeunes filles contre les violences.

« Avec une plus grande implication, nous pourrions sauver des vies, au lieu d’en perdre aussi funestement comme le cas de dames Ouedraogo et Zongo » a affirmé la ministre.Le 80-00-12-87,  numéro vert de dénonciation des cas de violences basées sur le genre (VBG) a été mis en place par le Ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire pour faciliter les alertes sur les cas ou tentatives de VBG, pour cela plus jamais une femme ne doit mourir de fait de violence dans notre pays

.Mami O.

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.