CE QUE JE CROIS…

0
43
SaRomance Emile Lalsaga Poète de l'Amour et de la Douleur

Je lis avec stupeur la volée de bois verts à l’endroit des femmes professeures célibataires. Des hommes prennent un malin plaisir à vouloir  »dévaloriser » ces braves dames oubliant qu’il y a aussi de la paille dans leurs yeux. Aujourd’hui, nous sommes dans une vie qui n’est plus celle d’avant où garçons et filles se mariaient très jeunes pour pouvoir fonder une famille. Eh oui, le mariage précédait la procréation ! Maintenant, nous mettons la charrue avant les bœufs et nous voulons que ça aille mieux. Nada !

Nous sommes dans une vie semi-moderne dans laquelle chaque être (homme et femme) jongle. De nos jours, hommes et femmes prennent de l’âge avant de se marier car il faut aller à l’école, il faut trouver du travail moderne avant tout engagement. Ce n’est pas forcément mauvais car une certaine stabilité aide à mieux vivre. Mais, en même temps, pendant que nous accumulons du retard pour le mariage, nous nous plaisons dans un célibat moribond en jouissant outrancement des plaisirs de la chair. Du coup, beaucoup sont papa et maman, non pas avant l’heure, mais avant leur réelle capacité à fonder un foyer, à le gérer et à s’assumer pleinement. De ce fait naissent parfois des frustrations dommageables sur la qualité de nos petites vies. Souffrance des souffrances. !

Alors, pourquoi des hommes sont toujours aptes à vouloir dénigrer des femmes professeures-célibataires soit disant qu’elles sont difficiles ? NON, elles ne sont pas difficiles : elles sont plutôt matures et réalistes. Draguer requiert généralement de l’audace et draguer une professeure demande encore plus. Il faut de la subtilité romantique, une sérénité exemplaire, un engagement clair, une responsabilité avérée de la part du dragueur mais aussi pouvoir mettre en confiance la professeure qui vous enchante si non poteau ! Pourtant les hommes n’aiment jamais poteau oubliant que  »qui veut aller loin ménage sa monture.. » Bref ! Sinon draguer une femme de ce rang, s’apparente à défendre son mémoire ou sa thèse devant un jury. Il faut rester lucide, mouiller le maillot et accepter les critiques pour espérer empocher la bonne mention. Si vous aimez une femme, son statut ou son rang ne devrait pas être un frein à votre engagement. Champion, allez-y et si vous trébuchez, relevez-vous car il y a surement votre part devant. Les dames ne sont généralement pas difficiles, il faut juste savoir les cerner et si vous pensez que ceux qui sont mariés à des dames professeures se laissent commander et sont malheureux, c’est une illusion à faire ornement dans les oubliettes de votre mémoire. Si être attaché à sa femme, si lui faire plaisir, si l’aider dans les tâches ménagères est synonyme de se faire commander par sa femme, alors là vous avez perdu la notion du mariage. Car, en vérité, le poète vous dit ceci :  » L’homme est une responsabilité, la femme est une nécessité ; et si vous vous aimez avec sincérité, vous réussirez ensemble devant toute adversité. Le foyer est un engagement où la grande règle demeure la complémentarité. »

Arrêtons donc d’indexer nos collègues dames car nous hommes, nous ne sommes pas exempts de reproches. Si non, beaucoup d’hommes fonctionnaires sont aussi célibataires et souvent  »endurcis » et se complaisent dans  »une vie de bâton de chaise » en volant de fleur en fleur comme une abeille à la recherche du nectar. Aidons-nous plutôt à trouver des solutions au lieu de vouloir dénigrer son semblable. Personne n’est à l’abris. A ceux qui croient que je veuille prendre la défense des dames, je n’ai pas besoin de le faire car elles sont assez aguerries pour le faire. Mon propos ne saurait alors être dithyrambique car, même si la poésie me permet de caresser toujours dans le sens des poils, il n’est pas superflu de retenir que je reste  »assez exigeant et rigoureux ».
Hauts les cœurs.

© SaRomance Emile Lalsaga
Poète de l’Amour et de la Douleur

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.