Le Projet Tuuma octroie d’importants équipements et matériels aux acteurs directs

0
258

Le Centre national de semences forestières en collaboration avec le Projet Tuuma a organisé le mardi 16 novembre 2021, à Bobo-Dioulasso, une cérémonie de remise de matériels et équipements aux acteurs directs de la filière anacarde. D’un montant total de 15 millions de francs CFA, ce geste vise à pallier les nombreuses difficultés dont fait face les producteurs d’anacardes de l’Ouest du Burkina.

Le projet offre d’importants lots de materiels

L’anacarde est le produit d’exportation agricole du Burkina Faso après le coton et le sésame. Sa production est en pleine croissance depuis quelques années dans notre pays. Cependant, malgré l’importance de cette filière, l’anacarde est toujours confronté à des difficultés liées notamment, à la productivité, les attaques des parasites mais aussi la faible maitrise des itinéraires techniques.

En vue de pallier ces insuffisances, le Projet Tuuma en collaboration avec le Centre national de semences forestières a initié en fin d’année 2020, une formation sur les bonnes pratiques de production d’anacarde au profit de 400 jeunes de la région des Hauts-Bassins et des cascades.

A l’issue de cette formation, ce sont au total 37 producteurs venant des zones de Peni, Toussiana, Banfora et Orodara qui ont été retenus en vue de bénéficier d’un accompagnement en équipements techniques. Il s’agit notamment de matériels pour produire des plans en pépinières mais aussi de matériels apicoles pour la production du miel. D’une valeur de 15 millions de francs CFA, financée par le projet Tuuma, ce geste vise à aider ces jeunes producteurs à s’installer.

chef de programme formation et vulgarisation du Centre national de semences forestières, Richard W. Pasgo.

Selon le chef de programme formation et vulgarisation du Centre national de semences forestières, la méconnaissance des bonnes pratiques par les producteurs et bien de maux ne favorisent pas l’essor de cette filière pourtant porteuse. « Les rendements en ce qui concerne la production d’anacarde ne sont pas très souvent à la hauteur des attentes.  C’est pourquoi au niveau de la recherche, nous avons développé des stratégies pour pallier ces insuffisances, non seulement en renforçant les capacités des producteurs mais aussi en leur octroyant l’équipement nécessaire dans le souci d’améliorer la productivité », a indiqué Richard W. Pasgo. Pour lui, ce geste va contribuer donc à lutter contre la pauvreté en milieu rural mais surtout à lutter contre l’immigration des jeunes.

Des kits de production

Selon la présidente provinciale des producteurs d’anacarde du Houet, Madame Koné née Ouattara Djènèba, ce geste du Projet Tuuma vient à point nommé. Pour elle, ces équipements vont contribuer à accroître les capacités de production afin que les producteurs en tirent le plus grand bénéfice. Aux initiateurs du projet, elle a souhaité que le nombre de jeunes à former soit revu à la hausse les années à venir.

Producteurs

Même son de cloche chez le président provincial des producteurs d’anacarde de la Comoé, Omar Soura. Il a remercié le Projet Tuuma qui, à travers ce geste, s’inscrit dans la dynamique de l’amélioration des conditions de vie des populations en général et celle des femmes et des jeunes producteurs agricoles en particulier.

Maïmouna Sanogo, productrice du miel

Maïmouna Sanogo, productrice du miel est bénéficiaire de ce projet. Elle, qui, après la formation ne savait pas à quel saint se vouer pour le démarrage de ses activités, faute de moyens. Aujourd’hui, c’est une productrice toute joyeuse qui dit être prête à se lancer dans la production du miel. « Les ruches que je viens de recevoir en plus de la formation que j’ai reçue vont me permettre de produire du miel de qualité, toute chose qui me permettra de subvenir aux besoins de ma famille », a-t-elle précisé.

Productrice

Comme doléance, elle a invité les donateurs à les aider avec des contacts afin qu’elles puissent écouler facilement leurs différentes productions.

Le chef de programme formation et vulgarisation du centre national de semences forestières a invité les bénéficiaires à mettre en pratique les enseignements qui leur ont été donnés et de faire bon usage des infrastructures, équipements et matériels qui sont mis gracieusement à leur disposition.
Kalo Sanou

Faso Amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.