Burkina : le MBD estime que le coup d’Etat est un mal nécessaire

0
417

Le Mouvement Burkinabè pour la démocratie (MBD) composé de douze (12) OSC, a donné sa lecture sur la situation nationale du Burkina Faso le jeudi 27 janvier 2022 à Ouagadougou. Face à la presse, les membres du Mouvement ont pris acte de la prise du pouvoir d’Etat par les militaires et ont estimé que ce coup d’Etat est un mal nécessaire.

La presse nationale et internationale présente

Ce changement opéré à la tête de l’Etat Burkinabè par le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein des Organisations de la société civile (OSC).

Le jeudi 27 janvier 2022, c’était le tour du Mouvement Burkinabè pour la démocratie (MBD), composé de douze (12) OSC, de donner sa lecture sur le coup d’Etat perpétré par la junte militaire.

« Ces OSC ont constaté la démission de Roch Kaboré de ses fonctions de président du Faso et ont pris acte de la prise du pouvoir d’Etat par les militaires au sein du MPSR, dirigé par Paul Henri Sandaogo Damiba », a indiqué le président du bureau exécutif nationale du MBD, le Dr Wendkouni Ouédraogo.

Wendkoini Ouedraogo, président du MDB

Selon M. Ouédraogo, les OSC qui forment le MBD sont toutes convaincues que les acteurs de ce coup d’Etat n’auraient pas préféré aboutir à un changement anticonstitutionnel de gouvernement dans la gestion démocratique de l’Etat. « Mais cela est arrivé suite à la mal gouvernance chaotique du président Kaboré malgré les différentes interpellations de la population », s’est –il justifié.

Hamidou Ouedraogo, président du MPR

Selon le président du Mouvement panafricain pour la renaissance (MPR), Hamidou Ouédraogo, ce coup d’Etat est un mal nécessaire dans la mesure où le changement était impératif. « C’est une question irréversible. Tout le monde sait que nous sommes dans une situation très difficile et qui s’empirait de jour en jour », a-t-il expliqué.

Pour lui, si ce coup d’Etat permettrait d’obtenir l’intégrité nationale et de réinstaurer la paix sur l’ensemble du territoire, il serait le bienvenu pour le MBD.

Au regard de cette situation que travers le Burkina Faso, le MBD invite les nouvelles autorités à n’avoir pour boussole de gouvernance que dans le seul intérêt supérieur de la nation et dans le retour à l’ordre constitutionnel et démocratique normal.

Le MBD appelle la classe politique, les syndicats, les FDS et toutes les forces vives de la nation de taire leurs divergences dans les consultations prochaines avec les nouvelles autorités pour saisir cette situation comme une occasion de reconquête des sols burkinabè tombés sous le contrôle de l’ennemi commun, afin de restaurer et refondre les bases solides d’un lendemain meilleur.

Le MBD entend en outre, contribuer à la restauration et à la sauvegarde du Burkina Faso, en mobilisant ses sympathisants(es) et les ressources nécessaires.
Jeanne Z. Laya

Faso amazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.