Burkina/Transition : Que retenir de la composition des membres de l’ALT

0
121
Burkina/Transition : les membres de l’ALT dévoilés
A l’issue du contrôle, le président de la commission de réception, d’enquête et de délibération chargée de l’opérationnalisation de l’Assemblée Législative de la Transition (ALT) a rendu public la liste des membres titulaires qui devaient y siéger .
Composée de soixante-onze (71) membres, l’Assemblée est constituée de l’ensemble de toutes les composantes des forces vives de la nation.

Au titre des partis et formations politiques, on y trouve des figures emblématiques dont l’ex- premier ministre du dernier gouvernement du régime Compaoré, Luc Adolphe Tiao, Jean Hubert Bazié et Aly Badra Ouédraogo de l’ex-APMP et le constitutionnaliste Abdoulaye Soma de l’ex-ONA(Opposition Non Affiliée).

L’ALT est constituée également de plusieurs professions telles que d’avocat, de professeur, d’enseignant, d’agriculteur, d’artisan, de garagiste, d’étudiant, d’élève, etc. Ce sont entre autres les personnalités désignées par le Chef de l’Etat, le Lieutenant-colonel Paul Henri Damiba.

Abdoulaye Soma, constitutionnaliste

Il faut noter que les forces de défense et de sécurité (FDS) ont huit (08) représentants qui prendront part aux décisions qui seront prises pour guider le navire.

En plus des représentants des treize (13) régions du Burkina Faso qui siègent au sein de l’ALT, il y a les représentants des partis politiques et ceux des organisations de la société civile(OSC).

Pr Abdoulaye Soma, par ailleurs constitutionnaliste, qui s’était insurgé contre l’illégalité de la transition de la junte militaire se retrouve parmi les membres de l’Assemblée Nationale.

Une présence qui surprend plus d’un au vu de sa critique suite à la décision du Conseil constitutionnel du 8 février 2022  A cette occasion, M. Soma a déclaré que « le Conseil constitutionnel qui portant la dévolution des fonctions du président du Faso relève d’une catastrophe constitutionnelle ».

Bien plus, le professeur titulaire des universités dans ses allégations a soutenu que le Conseil constitutionnel qui a indiqué que le coup d’Etat est un autre mode constitutionnel et démocratique de dévolution des fonctions de Président du Faso.

Jean Hubert Bazié, membre de l’ex APMP

Par conséquent, il a souligné que par cette décision, « le Conseil constitutionnel tue le droit constitutionnel et tue la démocratie en même temps qu’il tue l’autorité du Conseil lui-même ». Aujourd’hui, l’on se demande ce qui a pu bien convaincre M. Soma à siéger au sein de l’ALT de cette transition dont il s’est insurgé sur la problématique de la légalité.

 

Outre Abdoulaye Soma, la présence de Jean Hubert Bazié et Aly Badra Ouédraogo qui sont des membres de l’ex-majorité mouvance des  partis au pouvoir déchu laissent à désirer sur leur attitude.

Si cela relève des intérêts personnels, cela n’engage aucun citoyen. Une chose est sûre. Le peuple burkinabè , dans ses attentes les plus profondes, attend de voir la fin du terrorisme très bientôt.
Zonouhan

Fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.