Burkina / Lutte contre l’extrémisme et la radicalisation : deux projets pour promouvoir le dialogue intra/inter-communautaire

0
426

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS) Omer Bationo et son collègue des affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema, ont co-présidé le jeudi 31 mars 2022 à Ouagadougou, au lancement de deux projets de lutte contre la radicalisation et de l’extrémisme violent au profit des populations des régions du Sahel et du Nord.

Pour garantir les conditions de développement et de sécurité dans l’espace G5 Sahel, deux projets ont été initiés par les organisations non gouvernementales (ONG) dont le Réseau Afrique jeunesse (RAJ) et l’Union fraternelle des croyants de Dori (UFC-Dori).

Le premier projet qui est dénommé << Tous ensemble ! Rebâtir une cohésion sociale à travers la prévention de la radicalisation et de la promotion du dialogue intra/inter communautaire et la résilience des pasteurs >> a pour but de contribuer à lutter contre l’extremisme violent par la promotion et le renforcement de la cohésion sociale au Burkina Faso.

Les partixipants(es)

Quant au second, il est intitulé : << prévenir la radicalisation et l’extrémisme violent par l’amélioration de la résilience des populations vulnérables >>. Un projet qui a pour objectif d’accroître les capacités de résilience face au risque de radicalisation et d’extrémisme violent des jeunes et des femmes.

Il s’agit en outre, de renforcer le vivre ensemble entre population et valoriser les mécanismes locaux de dialogue social et d’échanges socio- économiques.
Les zones d’intervention sont entre les provinces du Lorum (Ouindigui et Titao), du Yatenga (Ouahigouya, Tangaye, Thiou et Zogoré), du Séno (Gorgadji) et du Yagha (Sebba et Solhan).

Photo de famille

Financé à hauteur d’un million cinq cents mille dollars (1 500 000 U$) par le Fonds mondial pour l’engagement de la communauté et la résilience, lesdits projets s’étendront sur une période de trois ans à savoir de janvier 2022 à décembre 2025.

le ministre de la sécurité, Omer Bationo.

Le top départ des travaux a été donné le jeudi 31 mars 2022 par le ministre de la sécurité, Omer Bationo.

Celui-ci, a d’emblée salué cette initiative de ces deux projets qui vont contribuer de manière significative à l’amélioration de la sécurité, de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale.
Dans cette lancée, le ministre Bationo a interpellé les citoyens burkinabè à se mobiliser dans la lutte contre l’extrémisme violent et la radicalisation.

au ministre des affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema

Quant au ministre des affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema il a fait savoir que son département entend jouer sa partition en collaboration avec les autres départements ministériels en vue d’éradiquer ces phénomènes hors du Burkina Faso. << Nous sommes conscients que ceux qui sont en rupture avec nos valeurs sociales sont nos frères >>, a-t-il dit.
Zonouhan LAYA

Fasoamazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.