Burkina: Le PM disponible à accompagner le patronat dans l’amélioration du climat des affaires et dans la recherche de nouvelles bases de coopération

0
309

Ce mardi 12 avril  2022,  le premier ministre, Albert Ouedraogo, a rencontré le Conseil National du Patronat Burkinabé(CNPB), pour une prise de contact  Avant tout propos, le premier ministre a tenu à remercier  le patronat  burkinabé, d’avoir répondu à cette séance de  prise de contact, qui s’inscrit aussi dans une dynamique de promotion du dialogue social avec la faîtière des employeurs de l’ensemble du pays.

Cette volonté du Gouvernement de prise de contact avec le CNPB,  s’inscrit dans un processus de promotion du dialogue permanent avec les partenaires sociaux, depuis son adresse devant l’auguste Assemblée Législative de Transition le 04 avril 2022.

Le premier ministre Albert OUEDRAOGO

 Le secteur privé joue un rôle important dans l’économie du Burkina Faso. Pour le premier ministre, Il ne pourra jouer efficacement son rôle de moteur de la croissance économique que si l’Etat joue bien sa partition en tant que régulateur du marché, mais aussi si les conditions de travail et les relations professionnelles y sont saines. A souligné le PM Ouedraogo.

Les participants(es)

Pour mener a bien leurs différentes  missions, de contribuer au développement économique , il a tenu à rappeler la bonne prédisposition du Conseil National du Patronat Burkinabè pour des conditions de travail et des relations professionnelles saines.

Différentes contribution du CNPB

Les différentes actions entreprises par le CNPB, ne sont pas passées inaperçues par le premier ministre. En effet, le CNPB a pris l’initiative d’organiser des concertations avec l’Unité d’Action Syndicale (UAS) sur les points non consensuels du projet de code du travail issu de l’atelier de validation de 2017.

Pour le PM, le fruit de leurs  concertations a bien contribué au processus de relecture du code du travail qui a été adopté en Conseil des Ministres lors de sa séance du 22 septembre 2021, « C’est conscient de cela que le Gouvernement de la Transition fait du dialogue social un instrument privilégié de concertation et entend accompagner les partenaires sociaux dans la promotion et l’amélioration de leurs relations professionnelles ». A t’il indiqué.

Le 1 er vice président du patronat burkinabé, Seydou Diakité

Tout en égrainant les différentes contributions du patronat burkinabé, le Premier ministre dit  ne  pas perdre de vue, l’existence déjà dun cadre de concertation entre le Gouvernement et les Organisations professionnelles d’employeurs, créé par arrêté n°2017-014/PM/CAB du 10 avril 2017 et dont les travaux de la 1ère session ont eu lieu les 29 et 30 juin 2021, « mon Gouvernement, au nom de la continuité de l’administration, poursuivra avec le CNPB, la recherche de solutions consensuelles aux engagements et aux recommandations qui ont été adoptés.

Les efforts entrepris par le patronat burkinabé pour assainir le climat du travail

Séance tenante, il a  saisis l’occasion  pour  saluer les efforts déployés dans le sens,   de l’initiative combien salutaire que le CNPB, a prise, en décidant de se  concerter avec les organisations syndicales de travailleurs pour contribuer efficacement à la réforme du code du travail.

En effet, le code du travail, bien qu’étant un instrument de la politique économique et sociale du gouvernement, requiert l’implication des partenaires sociaux pour son élaboration, en tant que principaux acteurs de son application. « Notre pays évolue dans des espaces communautaires et est tributaire de plusieurs engagements au titre desquels ceux de l’OIT ».

La promotion du capital humain

Le Gouvernement de la Transition, s’est engagé dans la transformation structurelle de l’économie et la promotion du capital humain, « d’où la nécessité de l’adoption de politiques et outils y afférents mais qui bénéficient de votre adhésion’.

Photo de famille
Le droit du travail doit tenir compte des intérêts de l’entreprise qui évolue dans un environnement concurrentiel

Le droit du travail, tout en consacrant une protection des travailleurs, doit tenir compte également des intérêts de l’entreprise qui évolue dans un environnement concurrentiel. « Pour ma part, je puis vous assurer de l’entière disponibilité de mon Gouvernement à vous accompagner dans l’amélioration du climat des affaires et dans la recherche de nouvelles bases de coopération entre les acteurs de développement, à travers nos cadres de dialogue existants ». A promis le premier ministre du  Burkina Faso.

Avant tout propos,  le PM à inviter tout  les participants(es),   à se joindre à lui,  afin  d’honorer la mémoire des soldats et VDP tombés lors des événements tragiques de NAMISSIGUIMA.

Ange Farouk

Fasoamazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.