Transition : Ce que le PM Appolinaire Joachim de Tambela a dit

0
289
Le Premier ministre Appollinaire Joachim Kyelem de Tambela

L’actualité ces derniers temps a été dominé par le grand débat du premier ministre Appollinaire Joachim de Tambela,, sur la chaîne de la télévision nationale du Burkina (TNB), le 30 octobre 2022 . Face aux journalistes, le Premier ministre, a décliné les ambitions , et priorités du  gouvernement de la transition, et surtout en ce qui concerne la  coopération internationale, dans la lutte contre le terrorisme, l’acquisition du matériel de combat,  la contribution des organisations de la société civile (OSC), etc .

Pour le Premier ministre, en ce qui concerne, la lutte contre le terrorisme, les opérations se poursuivent avec succès. « Parce  que même si de temps en temps nous avons quelque échec parce qu’il faut savoir que l’ennemi aussi essai de ne pas donner la tâche facile ». « Nous  rencontrons  des difficultés mais  au bout du chemin le soleil rayonnera. A t’il dit.

« Nous pouvons vous dire que nous avons fait des opérations assez solides assez constantes et ça se poursuit, le chef de l’État est sur ce dossier et je peux vous rassurer que cela va se poursuivre ». Selon lui.

En ce qui  concerne, l’acquisition du matériel.

L’accompagnement, nous avons hérité  d’une situation qui n’était pas confortable et donc en très peu de temps le chef de l’État a essayé de dire et ils ont essayé de lancer d’autre acquisition et sur ce plan. Bientôt vous attendrez parler quand il aura des effets sur les plateaux d’opérationx.

Par rapport à la coopération avec d’autres pays

Il y en a  d’autres qui dit,  faut appeler tel pays pour venir nous aider,  » nous sommes convaincus que c’est à nous de défendre notre pays,  notre territoire.  » Personne ne viendra le  défendre à notre place ». « Ces pourquoi nous appelons à tout burkinabé de s’engager sans discrimination d’âge et de sexe ». Toute opération qui va rentrer dans ce cadre est la bienvenue. « Chaque partenaire doit être loyal ». Indiqué t’il

Il n’y aura pas de recrutement spécial pour l’armée, mais les recrutements se feront à travers ceux qui se seront déjà enrôlés dans l’armée. comme volontaire de défense pour la patrie (VDP).

Que veut dire la Russie ou rien ?

Qu’ on coupe le lien avec les autres pays tels que l’Italie, le Japon, l’Espagne, les États unis, et traiter uniquement avec la Russie?. A t’il confié.

Ce n’est pas à la rue de faire ceci et cela. À l’endroit de  ceux qui marchent,  qui protestent,  il  y a des éléments que nous,  nous détenons, et  que ces derniers n’en n’ont pas.

« Ceux qui marchent  qu’ils sachent que leur marche est prise en compte et que nous attendrons l’heure de leur satisfaction,.  « mais dans le cadre de respect de la souveraineté du Burkina Faso,  et de l’intêret des burkinabés »

Suis le président du Mouvement fédéralisme africain.  Avec les partenaires qui nous entourent,  nous allons voir ensemble comment on peut lutter contre le terroriste.

Ce n’est pas tout ce qui se  diffuse sur les réseaux sociaux qui est la vérité.

En ce qui concerne la rupture des hydrocarbures à la SONABHY:

Ce jour même,  j’ai reçu le directeur général de la SONABHY au téléphone et il m’a rassuré que c’était de la désinformation.

Avec le président ont envisage,  la possibilité de réduire le prix du carburant « vous savez que ce n’est pas facile de diminuer le prix du carburant pour deux raisons ».

Nous ne disposons pas de pétrole donc il ya  des paramètres que nous  ne maîtrisons pas.

Cela veut dire que diminuer le prix,  entretenir la contre -bande .

Néanmoins on  ne vous garantit rien.

Mais nous allons  toujours étudier ce dossier, c’est à dire la faisabilité.

Ceux qui marchent doivent aller au front:

Ceux qui marchent dans la rue à tout moment, pour demander le partenariat de  la Russie, « s’ils sont patriotes, la première marche à faire ,  est d’aller au front ».

Tenir compte de la lutte contre le terrorisme

C’est de  la lutte contre le terroriste qu’ on doit tenir compte. « C’est très facile de se lever et dire qu’il faut aller avec le Japon, la Russie etc ».

« J’appel, les burkinabé à savoir discerner les choses, de ne pas se laisser divertir par des gens qui n’ont rien à faire. Ya des OSC qui viennent nous voir pour demander de financement,  afin de soutenir le régime, « mais il faut savoir que dans le régime actuel on passe au priorité,  il n’ ya pas de moyens pour ça, les moyens viennent d’abord de ceux du territoire donc il n’ ya pas de moyens pour financer les ONG ».

Avec cet état de fait, comment les ONG peuvent venir pour construire dans notre pays?.  « Vous qui êtes des nationaux,  votre travail est de marcher pour crier etc,  Il faut aussi créer des emplois, la jeunesse a besoin d’emplois venant des sociétés civiles », donc on demande au peuple burkinabé de nous faire confiance. »

Propos recueillis par  Hamza J. Baptiste.

fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.