Assassinat Norbert Zongo: Le CCVC et le CODMPP dénoncent 24 ans d’impunité

0
304

« La contribution du mouvement démocratique à la lutte du peuple burkinabé contre l’impunité et pour l’élargissement des libertés démocratiques dans le contexte actuel de guerre civile réactionnaire », c’est le thème du grand panel organisé  le 13 décembre 2022,  à Ouagadougou,  par le CODMPP et le CCVCUn panel qui se tient dans le cadre de la commémoration des 24 ans d’impunité du journaliste Norbert Zongo (NZ).  Il s’est agi pour les initiateurs de cette rencontre d’appeler le peuple à l’unité pour faire face au terrorisme. C’était en présence de Geneviève ZONGO,  épouse de Feu Norbert Zongo, et de  nombreux invités au panel.

Madame Geneviève Zongo( en blanc),  et l’avocat de la famille, maître Prosper Farama( en blanc à gauche).

Le 1er  titre du panel :  24 ans d’impunité
La contribution du collectif à l’élargissement des espaces de libertés démocratiques au BF.  Le premier sous thème  a été développé par Sibiri Eric Kam,  il a tenu à définir ce qu’est l’impunité pour commencer.  Pour ce faire il dira que le contraire d’impunité,  « c’est la justice mais asservissement esclavage subordination assujettie selon le dictionnaire ».  Selon lui,  il existe l’impunité de fait et l’impunité fondée sur le refus d’application des textes ou l’instrumentalisation des décisions judiciaires. Et des cas,  il en existent au BF.

Les participants (es), au panel

Et face à toutes ces exactions l’Amnesty interviendra en 2012.  Pour dire que tout ce qui a été fait a été effacé.

Sur le plan des libertés démocratiques le pénaliste a indiqué que le collectif a mené des luttes qui ont impacté les réformes politiques. Et à ce niveau on peut citer l’émergence de la liberté d’expression puisque l’objectif de l’assassinat de Norbert Zongo,  c’était d’arracher cette liberté à la presse sans oublier l’éveil de la conscience citoyenne.

Eric Sibiri Kam, paneliste
Eric Sibiri Kam, paneliste

Quant au 2e paneliste,  Eric Sibiri Kam,

il  s’est apesanti sur la 2e partie du thème notamment le contexte actuel de guerre civile réactionnaire,  il fera le bilan des attaques terroristes avec de nombreuses victimes,  et le peuple qui est pris en otage par les deux groupes terroristes.

Pour Sagado Nacanabo,  » nous sommes dans un moment où le peuple est déterminé à se battre pour le droit à la vie »,  « quand on sait que l’impunité met en cause le droit à la vie ».

L’impunité a un lien avec la guerre ou la montée du terrorisme tout cela met en œuvre une guerre mafieuse car ceux qui profitent de cette guerre n’ont pas intérêt à ce qu’elle s’estompe.
Lutter contre cette guerre c’est lutter pour la paix l’impérialisme qui est la guerre. Les crimes de sang et les crimes économiques sont parmi les principales causes de la guerre actuelle.

 Sagado Nacanabo, paneliste 

Et face à tout cela que faire ?
Pour Sagado Nacanabo,  il fait des propositions  auxquelles il pense nécessaires  qui sont:
-Poursuivre la dénonciation des auteurs de crimes comme étant les responsables .
-Exiger le jugement de tous les dossiers de crime de sang et en particulier de celui de NZ
Il faut lier cette guerre à ces crimes
-Se battre pour l’unité du peuple contre l’impunité.

Prendre le destin du peuple en main pour transformer cette guerre en guerre populaire.
Mais rien n’est jamais acquis selon les panelistes et par conséquent la lutte soit se poursuivre.

Mme Geneviève Zongo interview avec les journalistes

Quant à Genève Zongo, épouse  de feu Norbert Zongo,  elle dit attendre toujours que justice soit faite à feu Norbert Zongo, et  tous les  autres, elle  a remercié tous(es),   ceux qui oeuvrent depuis longtemps que justice soit faite, notamment les journalistes, les jeunes, la Coalition burkinabè contre la vie chère ( CCVC),  les avocats Maîtres  Sankara et Farama, sans oublier Alidou Ouedraogo. Tout en souhaitant  prompt rétablissement aux malades,  et paix a l’âme des défunts.

Claudine Ouedraogo

Fasoamazone. net 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.