Enseignement supérieur et Recherche : le Chef de l’État échange avec les enseignants chercheurs et le personnel ATOS.

0
200

(Ouagadougou, 18 janvier 2023).

Le Président de la Transition, le Capitaine Ibrahim TRAORE a échangé hier mardi 17 janvier dans l’après-midi avec les membres du Comité scientifique et universitaire de notre pays et les personnel ATOS dans l’enceinte de l’Université Joseph Ki-ZERBO. Cette rencontre a été une occasion pour le Chef de l’État de féliciter et d’encourager les enseignants-chercheurs et le personnel administratifs, techniques, ouvriers et de service (ATOS) de toutes les Universités de notre pays pour le travail de formation qu’ils abattent au quotidien.

Pour le Président de l’Université Joseph Ki-ZERBO, Pr Jean-François KOBIANE, cette première visite d’un Chef de l’État au comité scientifique et universitaire « restera gravée en lettres d’or dans la mémoire des institutions de l’enseignement supérieur et de recherche ». Elle témoigne selon lui, de l’importance que le Président de la Transition accorde au secteur de l’éducation d’une manière générale et au sous-secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche en particulier.

Véritable cadre d’échanges, cette rencontre a été une opportunité pour les enseignants-chercheurs d’exposer non seulement au Chef de l’État les grandes préoccupations de l’enseignement supérieur et de la recherche mais également de comprendre sa vision et ses attentes.

Les défis actuels de l’enseignement supérieur et de la recherche, énoncés par le Président de l’Université Joseph Ki-ZERBO, se résument essentiellement à la croissance exponentielle des effectifs des étudiants qui sont passés de 30 000 en 2005-2006 à 204 000 en 2022, à la baisse des subventions publiques et à la sécurisation des institutions d’enseignement supérieur et de recherche.
« En dépit de ces défis, l’enseignement supérieur et la recherche continuent d’apporter dans tous les secteurs les compétences nécessaires au développement du pays », a soutenu Pr Jean-François KOBIANE.

Le chef de l’État le capitaine Ibrahim TRAORÉ

Il a donc fait le plaidoyer pour que les résultats des recherches soient connus et les innovations soient véritablement utilisés au niveau des politiques publiques pour répondre aux défis du développement du pays.

Au cours des échanges, le Président de la Transition, le Capitaine Ibrahim TRAORE a rassuré les acteurs du monde universitaire et de la recherche de son engagement pour une amélioration des conditions de travail des enseignants-chercheurs et du personnel afin que ceux-ci puissent véritablement accompagner la réussite de la Transition. Pour ce faire, le Chef de l’État a évoqué la possibilité de réorienter certaines ressources vers le sous-secteur de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les difficultés que rencontrent les universités publiques dans notre pays, sont pour la plupart liées à la gouvernance de ces institutions, et le Président de la Transition a promis de tout mettre en œuvre pour une saine gestion, une transparence et une amélioration de la gouvernance des universités.
Concernant, la sécurisation des institutions d’enseignement supérieur et de recherche liée à la situation sécuritaire du pays, le Chef de l’Etat a annoncé des mesures qui sont en cours.

Selon le Capitaine Ibrahim TRAORE, la valorisation des chercheurs et l’exploitation des résultats de la recherche sont inscrites au rang des priorités de la Transition. Et dans cette perspective, il compte sur des solutions endogènes pour le développement de notre pays notamment dans le domaine de la production agricole à travers l’utilisation des semences améliorés, fruits du travail des chercheurs burkinabè.

Au terme de la rencontre, le Président de la Transition a salué l’esprit de sacrifice des acteurs du monde universitaire. Il a promis l’examen diligent de certaines difficultés soulevées, notamment le plan de carrière du personnel ATOS des universités.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.