Burkina: Les femmes défenseures des droits humains, plaident auprès du Médiateur du Faso

0
2377

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet dénommé: » Femmes engagées pour le respect des droits humains au Burkina Faso », la Coalition burkinabé des femmes défenseures des droits humains(CBDDH) a organsé ce jeudi 23 février 2023, une action de plaidoyer auprès de madame le Médiateur du Faso, Fatimata SANOU/TOURÉ. Cette action de plaidoyer au Médiateur du Faso s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet dénommé : « Femmes engagées pour le respect des droits humains au Burkina Faso ».

L’objectif du plaidoyer est de mobiliser les communautés, la société civile et les décideurs à dire non aux violences basées sur le genre. Les femmes engagées, interpèllent l’Etat burkinabè aux respects de ses engagements nationaux et internationaux en matière de protection des droits humains en général et la lutte contre les violences basées sur le genre en particulier. « Nous souhaitons que notre action de plaidoyer ne soit pas une activité de plus, car de nombreuses actions de plaidoyer ont été réalisées par les associations féminines des villes et des campagnes dans toutes les quarante-cinq provinces du Burkina, mais la situation de la femme reste préoccupante, a interpellé  la Coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA.

« Notre action a pour objectif de sensibiliser l’opinion publique ainsi que nos autorités sur la nécessité d’agir ensemble pour booster le respect des droits humains en général et la lutte contre les violences basées sur le genre en particulier », a t’elle interpellé.

La coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA

Le choix de madame le Médiateur, est motivé eu égard à son engagement depuis  longtemps dans la protection et la défense des droits humains. En outre la thématique droit humain sied bien avec les prérogatives de son institution qui agit pour la résolution de différends entre l’administration; les personnes physiques et morales; a indiqué madame la coordonnatrice.

La Coordonnatrice de  la CBDDH,  madame OUATTARA au nom  des  membres et ceux du Réseau Burkinabé des Femmes défenseures des droits humains(RBFDDH),  a exprimé toute sa gratitude à madame le Médiateur du Faso pour avoir ouvert les portes de son institution aux défenseurs des droits humains, » nous sommes très reconnaissantes pour cette marque de générosité car le temps, c’est ce qui manque le plus actuellement au Burkina Faso (Tout est urgent) ! », a t’elle dit.

les femmes défenseures des droits humains ont posé avec madame le Médiateur du Faso.

Elle a reconnu le leadership de Madame le Médiateur du Faso à sa juste valeur,   felicité son engagement ainsi que celui des femmes du Burkina. « Pour elle, « l’engagement » est le dénominateur commun de toutes celles présentes à cette rencontre à commencer par vous qui êtes à la tête de cette institution de l’Etat à un haut niveau de responsabilité de l’Etat burkinabé », a salué madame la coordonnatrice.

« En vous choisissant comme interlocutrice auprès des autorités administratives et politiques de notre pays le Burkina Faso, nous ne nous sommes pas trompées de cible, car vous êtes avant tout une femme engagée depuis longtemps dans la protection et la défense des droits humains. En outre la thématique droit humain sied bien avec les prérogatives de votre institution qui agit pour la résolution de différends entre l’administration et les personnes physiques et morales. « Madame le Médiateur du Faso, nous avons foi en vos capacités en tant que présidente d’institution mais aussi en tant que femme juriste de haut niveau qui nul doute portera auprès de qui de droit, nos messages de plaidoyer ».

Mme Florence OUATTARA

« En effet les femmes et les catégories vulnérables de la société sont les principales victimes des violations des droits humains au Burkina Faso malgré les multiples souscriptions aux instruments de protection des catégories vulnérables. Malheureusement on enregistre l’augmentation des victimes due à la crise sécuritaire », a déploré madame OUATTARA.

Elle a en outre déploré une certaine opinion  qui pense que les femmes burkinabé ne sont pas suffisamment engagées, « mais si le pays est présentement dans la résistance et la résilience, c’est grâce aux femmes » a t’elle indiqué. « Les veuves des FDS et civils sont devenues des chefs de ménage malgré elles après l’assassinat de leurs époux (FDS et civils). Elles ont en charge la survie et l’avenir des orphelins et personnes âgées rescapées de la guerre. Les femmes des organisations féminines sont dans le renseignement; des actions de cohésion sociale et de la paix; les femmes FDS sont au front; d’autres dans les missions internationales de paix ». « Nous, femmes de la Coalition Burkinabé des défenseurs des droits humains avons foi à votre capacité à impacter le combat pour la justice sociale et la paix au Faso » car votre rôle est hautement sacré dans le renforcement du tissu social, gage d’une paix durable et d’une cohésion sociale », a exhorté la coordonnatrice de la CBDDH.

Madame Florence OUATTARA, coordonnatrice(micro)

Elle n’a pas aussi manqué  de remercier madame le Médiateur du Faso, d’être à leurs côtés pour la lutte contre les violences basées sur le genre, la justice sociale et l’équité au Burkina Faso. »Que le TOUT Puissant vous guide et vous assiste tout au long de votre mandat. a plaidé madame Florence OUATTARA, Coordonnatrice de la CBDDH.

madame le Médiateur du Faso, Fatoumata SANOU/TOURÉ(micro)

Quant à madame le Médiateur du Faso, elle a remercié la démarche de la Coordonnatrice de la CBDDH, ainsi que de la considération faites à son égard, à travers l’institution qu’elle dirige. Elle dit être soucieuse et préoccupée de la défense des interêts et des droits des citoyens(nes), son cheval de bataille.

les femmes défenseures des droits humains(FDDH)

D’ores et déjà, s’engage à porter le plaidoyer des femmes défenseures des droits humains de la CBDDH, auprès de qui de droit.

FasoAmazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.