Projet d’appui aux FDDH et DDHV: La CBDDH vole au secours de 40 femmes handicapées du Centre

0
752
La remise des clés du tricycle à madame Valérie Zingué(robe rouge à gauche), présidente des femmes battantes, par madame la Directrice générale de la promotion des femmes et du genre, Mme Tougouri Marie Madelaine

La Coalition Burkinabé des Droits Humains(CBDDH), a lancé officiellement ce 18 mars 2023, à Tanghin Dassouri, le Projet d’appui à la protection des droits des Femmes défenseures des droits humains(FDDH) et des Défenseures des Droits Humains vulnérables(DDHV). La cérémonie a été présidée par madame la Directrice Générale de la Promotion de la Femme et du Genre du Ministère de la Solidarité, de l’Action humanitaire, de la Réconciliation nationale, du Genre, et de la Famille, madame Marie Marie Madelaine TOUGOURI, et patronnée par la Coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA.

Le présiduim

Le lancement de ce projet d’appui aux FDDH, et aux DDHV, a concerné quarante (40) femmes handicapées de trois communes rurales de la région du Centre de Komki Ipala, Zagtouli et Tanghin Dassouri, plus une commune de la région du Centre- sud, Manga à savoir Kayao. Ces dernières ont été dotées chacune de trois (03) poules et d’un (01) coq afin de constituer une bassecour familiale.

La coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence Ouattara, remet symboliquement les poulets

En plus de la volaille, un tricycle leurs a été offertes pour assurer le transport des productions vers les clients de la ville de Ouagadougou et d’ailleurs. Le coût total de ces dons s’élève à un million cinq cent mille francs (1.500.000) CFA. En outre de ces dons, ces femmes ont bénéficié d’un repas communautaire, d’une assistance psychologique chacune. « Car certaines sont affectées par l’exclusion dans leur milieu de vie, et cela impacte leur estime de soi ou leur dignité », a plaidé la Coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA.

La femme handicapée constitue la cible de notre département ministériel, elle fait partie des femmes du Burkina Faso, beaucoup d’actions sont menées envers ces femmes. Promouvoir les droits de la femme burkinabé, c’est de promouvoir les droits de la femme handicapée en général,  qui a des besoins spécifiques. Le ministère en charge du genre suit, appui et supervise toutes les actions qui entre dans le sens de la promotion des droits de la femme, de la femme vulnérable, et la femme qui vit avec un handicap. Selon la Directrice Générale de la promotion de la femme et du genre, madame TOUGOURI Marie Madelaine.

Madame Tougouri Marie Madeleine, Directrice Générale de la Promotion de la Femme et du Genre du Ministère en charge du Genre, madame  Marie Madelaine TOUGOURI.

« Nous allons suivre ce que ce projet va donner comme résultats, il ne faut pas être là au lancement et le laisser mourir sans suivi ». « Nous avons des services communaux à Tanghin Dassouri, puisqu’il ya 4 communes qui sont concernées, ces services communaux vont suivre ces projets, voir les difficultés et apporter un appui pour qu’ils donnent des résultats », a  précisé madame TOUGOURI. 

« Donc avoir un projet d’un partenaire qui soutient l’effort du gouvernement, les actions de notre département, nous ne font que nous réjouir », a soutenu la Directrice générale. « Toutes nos félicitations et encouragements à la CBDDH pour cette initiative, et ce travail formidable qu’elle abat à l’endroit des personnes handicapées, pour que leurs droits humains soient respectés, nous serons toujours à ses côtés pour poursuivre d’autres projets » a t’elle laissé entendre.

Tout en Témoignant sa gratitude à l’endroit du partenaire financier Foundation For A Just Society(FJS) basé aux Etats Unis pour leur soutien indéfectible, de même que madame la Directrice générale de la promotion de la Femme et du Genre, qui n’a ménagé aucun effort pour sa présence effective à leur côté malgré son calendrier chargé.  Pour madame la Coordonnatrice de la CBDDH Florence OUATTARA. « La cérémonie de ce matin est importante à double titre, d’une part le lancement du projet et d’autre part, l’activité d’appui psycho social et matériel des femmes handicapées des quatre communes rurales », a t’elle indiqué.

la Coordonnatrice de la CBDDH, madame Florence OUATTARA.

« Le mois de mars est le mois de la femme, et nous sommes fières de magnifier la femme dans sa diversité et sa célébrité », s’est-elle réjouie.
Aujourd’hui, l’honneur est fait aux femmes handicapées pour leur autonomisation économique, car ce sont elles les principales cibles de cette cérémonie qui nous rassemble à Tanghin Dassouri, a précisé la Coordonnatrice de la CBDDH. « La pauvrété est un handicap, une maladie, les meilleurs droits à défendre sont les droits sociaux qui donnent la dignité à l’homme. « On court derrière les droits civiques et politiques, et oublier l’essentiel, a déploré Mme OUATTARA.

La psychologue, Mme Ramata Diallo

Selon la représentante des femmes handicapées, madame Julienne ZONGO, présidente de l’ association Sœur pour sœur,

Julienne Zongo, representante des femmes handicapées(droite)

« la femme handicapée fait partie des femmes vulnérables, connaître la loi 12 portant promotion et protection des droits des personnes handicapées et se l’approprier est le seul moyen de pouvoir revendiquer et d’interpeller les uns et les autres à nous accompagner à l’appliquer».

Photo de famille
Les representantes des bénéficiaires

Au nom de ses sœurs, elle a témoigné leur reconnaissance à l’endroit de la CBDDH qui a laissé parler son coeur pour promouvoir  leur autonomisation économique et leur plein épanouissement social.  » Seul on va vite, ensemble on va loin », a interpellé Julienne.

Mme Géneviève Zongo, membre du conseil d’administration de la CBDDH(à gauche) et Mme la DG Tougouri.

 

Karen Ouedraogo

FasoAmazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.