Burkina: La CNDH lance officiellement le Mécanisme national de prévention et repression pour dire non à la torture

0
740
Madame la présidente de la CNDH, Alida Gonta Henriette DA

La Commission Nationale des Droits Humains(CNDH), organise du 04 au 05 juillet 2023, à Ouagadougou, un atelier lancement du Mécanisme national de Prévention de la Torture(MNP) et de restitution des visites les lieux de privation de liberté. Durant 48 heures les participants (es) vont échanger autour d’une nouvelle dynamique en faveur de la prévention de la torture au Burkina Faso

Au Burkina Faso, c’est la CNDH qui a été désignée comme Mécanisme national de prévention de la torture et des pratiques assimilées(MNP).
La tenue de cet atelier vise à faire connaître le mécanisme de prévention crée par la loi numéro 001-2016/AN du 24 mars 2016 portant création de la CNDH, et sa loi numéro 002-2021/AN du 30 mars 2021 qui traite de ce mandat de la commission et le rôle que joue la Commission nationale des droits humains (CNDH) dans le respect des droits humains dans les lieux de privation de liberté.

Les participant(es)s

“Une chose est de mettre en place le MNP et une autre est que le mécanisme soit connu, notamment des acteurs de la défense et de protection des droits humains”, a déclaré la présidente de la CNDH Alida Gonta Henriette Da.

Durant ces 48 heures, les participant(es)s seront informés de l’existence du Mécanisme national de prévention de la torture, faire connaître le rôle du MNP et le cadre juridique de protection contre la torture; restituer les résultats des visites des lieux de détention; discuter des améliorations ainsi que des insuffisances constatées lors des visites des lieux de détention; poser les bases d’un dialogue constructif et permanent avec les acteurs de la chaîne pénale en matière de prévention de la torture et des pratiques assimilées.

La présidente de la CNDH, Alida Gonta Henriette Da, au micro

L’occasion est saisie par la CNDH, en collaboration avec les différents acteurs, de visiter plusieurs lieux de privation de liberté notamment des commissariats de police, des brigades de gendarmerie, des maisons d’arrêt et de correction et des lieux de privation de liberté.

Pour la présidente, l’objectif global de cet atelier est aussi de permettre aux participants (es), de s’approprier le MNP et de contribuer davantage à son implémentation.

Alain Kissomboué représentant pays de l’association du Barreau Américain –initiative pour l’Etat de droit, ABA-ROLI

Le Représentant pays de l’Association du Barreau Américain- Initiative pour l’État de droit (ABA-ROLI), Alain Kissomboué, partenaire de la CNDH affirme :“le but du programme est de contribuer à renforcer la capacité de l’État Burkinabé de prévenir et de punir les violations des droits humains, ainsi qu’à accroître la sensibilisation et l’accès de la population aux voies de recours conduisant aux réparations”. Et selon lui, les résultats déjà entrepris sont encourageants.

Urbain Yaméogo, représentant du Représentant pays de l’organisation internationale du droit de développement, IDLO.

Quant à Monsieur Urbain Yameogo, représentant du Représentant Pays de l’Organisation internationale du Droit de développement(IDLO), il a salué l’excellence de ce partenariat et fort des résultats engrangés, il se réjouit déjà du lancement officiel ce jour du MNP qui vient renforcer le mandat de la CNDH.

Photos de famille

Il est ressorti pendant cet atelier que le MNP fonctionne sans assez de moyens roulants pour l’exécution de ses missions, et la présidente Mme Alida Henriette Da de plaider en ces termes :“Votre accompagnement en termes de renforcement de capacités, de soutien au fonctionnement du mécanisme ou de quelque nature que ce soit sera favorablement apprécié”.

Karen Ouedraogo

FasoAmazone.net

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.