Fonds Vert pour le Climat : La contribution du secteur privé dans la lutte contre les changements climatiques

0
154

Le Secrétariat Exécutif du Fonds Vert pour le climat au Burkina Faso (SE-FVC/BF) veut apporter sa contribution sur le financement climat ainsi que les mécanismes politiques et institutionnels mis en place pour sa mobilisation. Il a organisé ce jeudi 25 juillet 2019 une session de formation et d’information sur les opportunités de partenariat en matière de mobilisation des financements du Fonds vert pour le climat au profit des acteurs du secteur privé burkinabè, ce jeudi 25 juillet 2019.

Dr Sibidou Sina

Le Secrétariat Exécutif du Fonds Vert pour le climat au Burkina Faso (SE-FVC/BF), en collaboration avec l’Institut Mondial pour la Croissance Verte (GGGI), a initié une session d’information et de formation au profit des acteurs du secteur privé burkinabè sur les opportunités de partenariat en matière de mobilisation des financements du Fonds vert pour le climat, ce jeudi 25 juillet 2019.

L’objectif de cet atelier est d’amener le secteur privé burkinabè à s’impliquer fortement dans les efforts nationaux de lutte contre les changements climatiques en générale et la mobilisation des financements climats en particulier. Plus d’une soixantaine de participants venant des banques, des entreprises industrielles et commerciales, des sociétés d’assurance, des bureaux d’études, des traders et bureaux de courtiers et des PME/PMI du Burkina Faso ont pris part à cet atelier.

Photo de famille

Selon le Secrétaire général du Ministère de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Dr Sibidou SINA, représentant son homologue du Premier Ministère, Bamory OUATTARA, cette session est importante à double titre. « cet atelier a pour objectif de communiquer des informations sur le Fonds vert pour le climat, particulièrement ses mécanismes et ses procédures de financement au secteur privé, mais également d’échanger sur les opportunités d’affaires, de poser des jalons de partenariat et d’explorer d’autres voies nouvelles de développement », a-t-il indiqué.

Pour l’Autorité Nationale Désignée (AND) du Fonds Vert pour le Climat au Burkina Faso, le Fonds vert pour le climat, mécanisme financier de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) dispose de plusieurs instruments à la disposition des pays.« Nous avons pour habitude de mobiliser les ressources au profit du secteur public avec les subventions mais le Fonds vert pour le climat dispose d’autres instruments financiers qui sont assez importants et qui sied que le secteur privé burkinabè puisse s’en acquérir et s’en approprier afin d’accompagner le Burkina Faso pour aller à la mobilisation de ces ressources », a expliqué Issaka OUEDRAOGO du AND.

A entendre le Représentant-Résident de GGGI au Burkina Faso, Mallé FOFANA, les enjeux liés aux changements climatiques sont énormes et le rôle du secteur privé dans le financement de la transition vers une économie à bas carbone est déterminant.

Pour lui, « il est important de mettre en place des conditions favorables au financement d’une tradition ordonnée vers une économie équilibrée afin de lutter efficacement contre les changements climatiques. Le secteur financier et le secteur privé jouent un rôle très important dans cette transition ».

En rappel, le Fonds Vert pour le Climat a été créé en 2010 à Cancun au Mexique et il est pleinement opérationnel depuis 2015. Il a pour mandat de promouvoir un développement à faibles émissions de gaz à effet de serre et résiliant au changement climatique dans les pays en développement constitue aujourd’hui le plus grand fonds mondial à la lutte contre les changements climatiques. Au Burkina Faso, cette structure est rattachée au Premier ministère.
Mami O.

www.fasoamazone.net 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.