FESPACO 2017 : Clap d’ouverture de la 25e édition

0
257
Le clap de lancement de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a été donné, ce samedi 25 février 2017, dans la cuvette du stade municipal de Ouagadougou. « Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel », c’est sous ce thème que se tient, du 25 février au 4 mars 2017 cette édition de la biennale du cinéma africain. Spectacle musical et équestre, discours, méga concert ont constitué l’ossature de la cérémonie d’ouverture.
Le clap de lancement de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) par le président du Faso, Roch Marc Christian Kabore
Le clap de lancement de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) par le président du Faso, Roch Marc Christian Kabore

Silence… moteur… ça tourne… Action ! C’est parti pour la biennale du cinéma africain. Devant festivaliers, cinéastes et cinéphiles sortis nombreux dans la cuvette du stade municipal, c’est le président du Faso, Roch Marc Christian himself qui a donné le clap de lancement des festivités. Du 25 février au 4 mars 2017 donc, 105 films d’une vingtaine de pays seront projetés dans les salles obscures du Burkina. Et cette cérémonie d’ouverture a été l’occasion pour le président du comité d’organisation, Stanislas Méda d’inviter les populations à se rendre dans les salles pour voir les films.

La tribune officielle composée du Président Rock Marc Christian Kabore, du premier ministre Paul Kaba Tieba, du ministre en charge de la culture,  et du président de l'Assemblée nationale, Salifou Diallo
La tribune officielle composée du Président Rock Marc Christian Kabore, du premier ministre Paul Kaba Tieba, du président de l’Assemblée nationale Salifou Diallo, et du ministre en charge de la culture Tahirou Barry

Pour cette édition, ce sont 17 films d’écoles, 20 films longs-métrages, 21 séries, 21 films documentaires et 26 courts-métrages qui sont en lice dans les différentes catégories de la compétition officielle. Pour le président du Faso, il s’agit, à travers cette 25e messe du cinéma africain d’engager des discussions pour la refondation du FESPACO. « Nous pensons que le cinéma doit être un vecteur de la consolidation de notre culture africaine. Nous ne devons pas constamment nous laisser inféoder par les cultures des autres.

Un stade plein a cette 25ème édition du FESPACO
Un stade plein a cette 25ème édition du FESPACO

Il nous faut nous aussi dans le cinéma traduire les valeurs positives que font les fondements de la société africaine », a-t-il martelé. Faut-il le rappeler cette édition a pour inviter d’honneur, la Côte d’Ivoire. Fortement représentée à cette édition avec une dizaine de films, la délégation de la Côte d’Ivoire est conduite par le ministre de la Culture ivoirienne, Maurice Kouakou Bandama. Ce dernier tout en saluant le Burkina pour le choix porté sur la Côte d’Ivoire pour être le pays invité d’honneur a confirmé la présence effective du président Alassane Ouattara à la cérémonie de clôture. Tout en saluant le pays d’Houphouët Boigny qui à l’en croire a offert 50 millions au comité d’organisation et son reggeaman de renom Alpha Blondy, le ministre en charge de la Culture, Tahirou Barry a indiqué que « le cinéma africain doit s’adapter aux nouvelles technologies et se professionnaliser davantage ».

Le reggeaman de renom Alpha Blondy  assure l'ambiance
Le reggeaman de renom Alpha Blondy assure l’ambiance

On l’attentait pour l’ouverture de ce FESPACO, Alpha Blondy a tout simplement « assuré ». Qui remportera donc le prestigieux prix de l’Etalon de Yennenga ? Suspens jusqu’au 4 mars 2017.

Par Daouda KINDA  

LAISSER UN COMMENTAIRE