Situation économique nationale: Des commerçants donnent un ultimatum aux financiers

0
45

La coalition des associations et syndicats des commerçants et opérateurs économique du Burkina (CASCOE-BF) a animé une conférence de presse ce mardi 16 avril 2019 à Ouagadougou. La CASCOE-BF s’est prononcée sur la situation économique nationale fragilisée selon elle par les agents du ministère de l’économie et des finances. Elle invite le gouvernement à prendre ses responsabilités et les « grévistes » à reprendre le travail dans les plus brefs délais.

Les comerçants sont sortis nombreux à cette rencontre avec la presse

L’actualité nationale au Burkina Faso est marquée ces temps-ci par des mouvements de tous ordres ainsi que des affrontements intercommunautaires dans certaines zones du pays. Face à cette situation, la coalition des associations et syndicats des commerçants et opérateurs économiques du Burkina ne pouvait pas restée indifférente. En conférence de presse ce matin  à Ouagadougou, elle a regretté d’abord ses affrontements intercommunautaires, et a ensuite exhorté les agents du MINEFID à trouver un cadre de dialogue avec le gouvernement pour que cesse ces grèves qui selon eux, ont un impact négatif sur l’économie nationale. Elle invite les grévistes à mettre fin à leur grève au plus tard d’ici fin avril. Dans le cas contraire, la coalition dit vouloir engager d’autres formes de luttes contre ces derniers. Pour l’instant, elle entend prendre l’opinion nationale et internationale en témoins de ce qui pourra se passer.

Sur la gestion de la chambre de commerce, la coalition des associations et syndicats des commerçants et opérateurs économiques du Burkina invite les premiers responsables de la chambre de commerce à rendre public les audits et revoir les voyages d’affaires qui selon elle, ne peuvent pas être restreints  qu’à un seul groupe. « C’est toujours les mêmes personnes qui accompagnent le Président du Faso à l’international. Nous trouvons que ce n’est pas normal. Ce sont les mêmes gens et nous ne voyons aucune évolution. Il faut qu’on ouvre cela à plusieurs personnes », a lancé Nikiema Léon, le secrétaire général du groupement des acteurs de petits commerçants du Burkina.

Pour finir, la coalition exige la prise en compte des préoccupations des commerçants dans les différentes rencontres de dialogue ainsi que la mise en place d’un cadre permanent de concertation entre les différents groupes et syndicats.

En rappel, la CASCOE-BF est forte de 18 associations et syndicats des commerçants.

Mami. O
www.fasoamazone.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.